La Lettre Ouverte d'Insan au Directeur Général de la Sûreté Générale

A Beyrouth, le 15 Mai 2015

  

 

Votre Excellence le Directeur Général de la Sûreté Générale, M. Abbas Ibrahim,

  

Il sera bientôt l’heure de prononcer la décision finale concernant le cas de la travailleuse migrante Renuka Irangani et de sa famille. Renuka réside et travaille au Liban, de manière légale, depuis presque 15 ans. Par ailleurs, elle et son mari Jagdish, se sont mariés au Sri Lanka, avant de venir au Liban. 

 

Il y a 14 ans, Renuka et Jagdish ont eu une fille du nom de Susana. Depuis qu’elle est née, Susana a été la motivation de l’ardeur du travail et du dévouement de ses parents. Ces derniers ont vécu toute leur vie, en règle avec la loi. Ils n’ont jamais violé une seule loi libanaise, car ils considèrent qu’elle est leur seule protection. Ils ont fait tout ce qui était en leur pouvoir, pour assurer les besoins de leur fille, pour qu’elle ne devienne jamais un fardeau pour la société libanaise. Pendant toute son enfance, Susana a été scolarisée dans une école privée au Liban, aux frais de ses parents. Elle va bientôt réaliser son rêve, ainsi que celui de ses parents, qui est comme pour tout parent que leur enfant réussisse dans la vie.

 

Tous ceux qui connaissent Renuka, Jagdish ou Susana, ont été les témoins de leur dévouement au travail, de leur amour pour le Liban, et du respect qu’ils ont pour la loi et le gouvernement. Renuka et sa famille n’ont jamais voulu défier le gouvernement libanais, ni la Sûreté Générale. Et même lorsqu’elle a fait appel à l’Association Insan, elle demandait l’aide du système légal Libanais. Insan avait le devoir de l’aider, de dévoiler sa situation et de témoigner de son respect pour la loi en vigueur au Liban.

 

La Sûreté Générale a arrêté Renuka et Jagdish, et les a ensuite relâchés, en leur disant qu’elle requérait un mois maximum pour revoir leur dossier ; avant de pouvoir prendre leur décision finale sur le renouvellement ou non de leur permis de séjour ainsi que pour celui de leur fille.

 

Votre excellence le Directeur Général, nous vous envoyons cette lettre quelques jours avant que la Sûreté Générale informe Renuka et sa famille de leur destin. Ce dossier a reçu une attention toute particulière de la part de la société libanaise, de la société arabe, de la communauté internationale, des ambassadeurs, des journalistes, des militants des Droits Humains, des avocats et juristes. Cette attention découle non seulement de l’importance de ce cas humanitaire, mais aussi car nous tous au Liban, et au niveau international, souhaitons fortement que l’Etat libanais protège en premier les plus faibles, qu’il émette des lois protégeant les personnes les plus vulnérables. Et nous souhaitons que son autorité soit en mesure de protéger les Droits Humains les plus élémentaires et de nous mener vers une société plus juste.

 

Il est de votre ressort maintenant de renouveler notre confiance dans l’Etat, dans l’humanisme de son administration et dans la sagesse de ses dirigeants. Votre décision finale pour le cas de cette famille est d’une importance majeure, et signifierait un progrès pour notre pays, pour la modernité, pour la protection des droits humains, des normes internationales et le caractère sacré de la famille.

 

Votre Excellence le Directeur Général de la Sûreté Générale, merci pour l’attention que vous porterez à cette lettre, et merci si vous agissez justement. Votre décision pour Renuka, Jagdish et Susana est importante pour le futur du Liban et de la société humaine.

 

Le Fondateur et Directeur de l’Association Insan

Charles G. Nasrallah